Partagez | 
 

 [RPG] Le prix de la liberté (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reda Syrghal
Admin's || Réda
Admin's || Réda
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6744
Date d'inscription : 08/07/2007

Fiche de personnage
Données:
Niveau:
29/50  (29/50)
Expérience:
4/7  (4/7)

MessageSujet: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   Lun 26 Oct - 11:45



Le Prix de la Liberté




La brume s'était épaissie. Cette matinée automnale au cœur de la Forêt d'Ombrois ressemblait de plus en plus aux précédentes. L'Ombre qui voyageait en ce lieu depuis trois jours consécutifs poursuivait sa route sans se soucier du mauvais temps. Le froid s'installait peu à peu sur les terres alagaësiennes tandis que les cris des corbeaux remplaçaient les gazouillis des espèces plus printanières. Gibiers, châtaignes et champignons devenaient la nourriture des voyageurs et Reda savait s'en contenter. Le sentier qu'il avait emprunté le mena directement à une petite cascade. Le point d'eau permit à sa monture de se désaltérer tandis que son cavalier ne prit pas le temps de poser un pied au sol. Ce dernier souhaitait rejoindre Lightgow au plus vite et ce n'était pas en admirant le paysage qu'il parviendrait à ses fins.

Toutefois, l'ombre n'était pas dupe. Une âme s'était glissée dans son sillage sans que le moindre danger ne se manifeste. L'assassin n'était pas en alerte, la crainte n'étant pas dans ses habitudes, tout autant que personne ces derniers temps n'avait souhaité sa perte. Deux années passées dans les geôles de l'Empire l'avaient coupé du monde, et voilà qu'il foulait les terres du Surda pour accomplir sa première mission depuis bien longtemps. Malgré un passé bien tumultueux ayant consisté à se battre, à tuer, à arpenter les terres d'un monde en guerre, l'ombre sentait qu'il n'était pas au maximum de ses capacités. Un peu rouillé, c'était le mot. Le voyage lui rappelait déjà d'anciennes sensations tandis que la mission à accomplir serait un moyen bien réel de se remettre dans le bain. Que représentaient deux années dans la vie d'un ombre ? Rien, ou pas grand chose. Et pourtant Reda avait l'impression que des siècles s'étaient écoulés. Il n'était pas fait pour la captivité et bien des questions restaient aujourd'hui en suspens. Il s'occuperait de ses préoccupations les unes après les autres, la première étant de savoir quel genre d'individu marchait dans ses pas. La curiosité le poussait bien sûr à agir, mais la possibilité d'éliminer l'option d'un soldat de l'Empire payé à le surveiller suffirait finalement à entraîner une halte. L'équidé noir bifurqua sur la droite avant que son maître ne l'oblige à rebrousser chemin sur un sentier en contrebas. Celui qui empruntait la même route ferait probablement une pause à la cascade et l'heure était venue de le surprendre et d'en savoir plus sur ses intentions.

Le voyageur descendit délicatement de sa monture. Il ajouta une tape amicale sur l'animal afin de le rassurer pour éviter tout hennissement mal venu, puis il s'en écarta pour approcher une nouvelle fois du point d'eau. Il aperçu une ombre dans la brume et la suivit discrètement jusqu'à ce l'horizon ne devienne plus clair. La silhouette inconnue était postée au bord de l'eau, tournant le dos à l'ombre. La voix de l'homme en noir brisa le bourdonnement constant de la chute d'eau. -"Ces charognes de corbeaux attendent. Donne-moi une bonne raison de ne pas t'éventrer". Arme en main, Reda avançait tranquillement vers l'autre voyageur. Parlementer n'était pas dans ses habitudes, mais deux ans au fond d'un cachot l'orientait vers un soupçon de désir de compagnie, aussi hostile qu'elle puisse être.

_________________
.



Comptes : Réda - Jud - Sofia

~ Feuille de Route ~
_____________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heritage-rpg.keuf.net
Inosa Talana
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 741
Date d'inscription : 16/06/2012

Fiche de personnage
Données:
Niveau:
9/50  (9/50)
Expérience:
0/5  (0/5)

MessageSujet: Re: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   Lun 26 Oct - 23:11


Son voyage en Urû'baen avait été intéressant. Elle avait obtenu les informations qu'elle cherchait, non sans quelques difficultés. Mais elle les avait, et c'est tout ce qui comptait. Néanmoins, et surtout après avoir rencontré cet elfe, elle songeait davantage rejoindre la Confrérie que l'Empire. Peut-être pourrait-elle mieux répondre à ses attentes. Peut-être. C'était la raison pour laquelle elle se dirigeait à présent vers le Surda. En quête de réponses. Des réponses, voilà tout ce qu'elle cherchait pour le moment. La victoire serait longue, mais elle l'aurait. Dans le fond, peu lui importait qui sortait victorieux. Dans tous les cas, elle obtiendrait justice. Quelque soit le clan qui tombe, il serait puni pour les tourments infligés. Sans un seul des deux clans, elle vivrait avec son père. Peut-être apprentie professeure de maniement des armes, peut-être voleuse. Mais elle vivrait avec son père et c'est tout ce qui comptait. Peut-être ne serait-elle même pas elle-même, car sans les Vardens, ce ne serait pas elle qui serait née. Mais sa famille serait réunie. C'était tout ce qu'elle demandait, la seule justice qu'elle exigeait. Et elle l'aurait, quoi qu'il arrive. Ce qu'elle ferait ensuite, elle n'en avait aucune idée.

Voilà deux semaines qu'elle errait sur le territoire du Surda. Elle le connaissait mal, son père ne lui en ayant pas appris beaucoup. Elle avait eu l'impression de tourner en rond, à la recherche d'une ville. Comment ce pays pouvait-il être aussi vide? De la même façon que l'Empire, sans doute. Elle y était simplement... moins habituée. Mais cela ne résolvait pas son problème. Ses provisions commençaient à s'épuiser, en particulier sa réserve d'eau. Elle avait toujours vécu en ville ou à côté d'une ville, elle ne savait pas ce qu'elle pouvait ou non prendre dans la nature. Les plantes avaient des effets étranges ou nocifs, surtout combinées, et elle n'avait aucune envie de tenter l'expérience. Cependant, elle risquait de ne bientôt plus avoir le choix.

Mais voilà quelques jours, elle avait aperçu une forêt, elle ne tournait donc pas en rond. Ce n'était pas tout à fait sur sa route, mais elle était plus habituée à la forêt. De plus, des criminels vivaient souvent en forêt, elle trouverait sans doute quelqu'un en mesure de l'informer, ou lui donner des provisions, si elle entrait dans ses bonnes grâces. Et même si ce n'était pas le cas, même s'il n'y avait personne ou qu'ils refusaient de lui donner quoi que ce soit, ses connaissances passaient de «nulles» en plaine à «faibles» en forêt. Les plus durs temps, elle et son père avaient amassé quelques fruits et noix des bois et c'était justement la saison. Sans compter que quelque soit les gens ou les créatures qui s'y cachaient, elle avait l'habitude d'escalader aussi bien les maisons que les arbres et saurait y trouver quelque sécurité. Elle était donc entrée.

Cependant, voilà qu'elle avait encore l'impression de tourner en rond. Ses provisions continuaient à avancer et ses réserves d'eau étaient presque vides. Et toujours pas le moindre signe de vie ou de source d'eau. Elle aurait même été ravie de trouver les signes d'un piège, présent ou passé, mais il n'y avait rien. Elle commençait à désespérer quand elle trouva, un matin, un sentier plus distinct. Qu'il soit emprunté par les hommes ou par les animaux, il la mènerait à un point d'eau. Elle s'arrêta donc écouter. Il lui sembla entendre un bruit anormal, mais elle n'en tint pas compte quand elle entendit le bruit d'une source, à sa gauche. Son pas s'allégea à cette écoute et ses craintes diminuèrent. Elle veillait toujours à ne pas tomber dans un piège posé en travers du sentier, mais c'était la seule précaution qu'elle prenait. Ceci ne l'empêcha pas d'être déçue en voyant les alentours de la chute d'eau vides. Il n'y avait pas le moindre signe de vie de bipède dans les environs, rien indiquant que des voyageurs ou des bandits venaient à cette source. À moins que ces indices se perdent dans le lit de la rivière. Elle n'avait jamais appris à regarder les divers signes et le regrettait à présent. Elle avait au moins trouvé de l'eau, mais cela ne l'empêcha pas de soupirer de dépit en se penchant pour remplir sa gourde.

Soudain, une voix dans son dos la fit sursauter au point qu'elle échappa sa gourde sur la rive du ruisseau pendant que ses habitudes naissantes à se protéger des attaques de gens mal intentionnés qui la trouvaient la firent rouler sur le côté et se relever, face à l'inconnu et dague dégainée timidement pointée vers lui. Celui-ci lui fit immédiatement peur. Grand, sombre, menaçant et semblant à l'aise avec ses armes, elles aussi tirées de leurs fourreaux, il n'aurait aucun mal à mettre sa menace à exécution si elle ne parvenait pas à lui donner une réponse satisfaisante. Ainsi accoutré d'habits si sombres, avec la tête dissimulée par un capuchon et avec une telle assurance, elle ne doutait pas qu'il soit un assassin très entraîné, aussi bien à assassiner qu'à se défendre contre des gardes l'ayant découvert. Elle frissonna. Elle n'avait décidément pas beaucoup de chance, à n'avoir pour seule compagnie, quand elle en avait, des assassins. Elle s'empressa d'essayer de le calmer.

-Soyez indulgent, monsieur. Soyez indulgent envers une pauvre voyageuse égarée. Je n'ai que très peu de provisions sur moi, me voler ne vous servirait à rien, pas plus que me tuer, je n'aurais jamais eu vent votre présence si vous ne vous étiez pas montré à moi. Je n'étais venue à cette source que pour renouveler mes réserves d'eau, juste assez pour rejoindre la ville la plus près.

En disant ça, elle se déplaçait lentement sur le côté, en même temps qu'il s'approchait d'elle, en direction d'un arbre sur lequel elle songeait se percher si l'inconnu se montrait trop agressif. En attendant, elle s'arrêta à son pied, dos au tronc, sans cesser de pointer sa dague vers ce grand homme. Sa seule chance était qu'elle ne soit pas tombée sur un nid grouillant de malfrats, mais sur un assassin oeuvrant seul. Sans piège alentours, c'était plus probable, mais elle se maudissait d'être tombée si facilement dans une embuscade. Elle aurait dû se fier à son impression concernant le bruit, un peu plus tôt. Ce devait être lui...
Revenir en haut Aller en bas
Reda Syrghal
Admin's || Réda
Admin's || Réda
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6744
Date d'inscription : 08/07/2007

Fiche de personnage
Données:
Niveau:
29/50  (29/50)
Expérience:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   Jeu 29 Oct - 16:14


L'inconnu se révélait être une femme. A peine Reda avait-il lancé sa menace que l'étrangère roulait sur le côté en brandissant timidement la moitié d'une lame dans sa direction. Cette scène avait suffit à rassurer l'ombre, celle qui le suivait n'avait rien d'un exécutant quelconque agissant à la botte d'impériaux ou autres factions du coin. La jeune femme semblait sur ses gardes et il paraissait évident que l'ombre n'avait rien d'une silhouette amicale, encore moins lorsque l'on faisait sa rencontre au cœur d'un bois lugubre et brumeux. Les deux êtres s'observèrent quelques secondes avant que l'humaine se s'exprime pour défendre sa peau. L'indulgence ne faisait pas partie des principes de l'assassin, par contre, il était vrai qu'il ne gagnerait rien à la voler puisqu'il savait se débrouiller par lui-même et souhaitait justement qu'il en soit ainsi pour en quelque sorte réapprendre à survivre de ses propres moyens. Il aurait tout le temps de changer d'avis si la nourriture devenait plus rare. La voler ne lui servirait à rien, pas plus que la tuer. Là dessus, ils étaient d'accord.


Ainsi, et sans grande surprise, l'étrangère avait rejoint le point d'eau pour se réapprovisionner. La gourde trônait sur le sol, derrière une jeune femme peu sûre d'elle dans la situation présente. Reda avançait vers l'inconnue comme pour exécuter sa menace tandis que cette dernière terminait son discours contre le tronc d'un arbre. Le cavalier rangea son épée et s'interrompit à quelques deux mètres de sa trouvaille. Comme il l'avait prédit, et du fait de l'inaction précédente de l'humaine, il pouvait reprendre sa route en toute tranquillité. -"Ne t'avise pas de croiser à nouveau mon chemin". L'ombre était fin prêt à retrouver Laolith et à reprendre sa route en direction de Lightgow. Cette rencontre des plus banales n'avait pas lieu de s'éterniser, d'autant plus que le cavalier n'avait pas plus de temps à perdre. Clairs avaient été ses propos, aussi l'assassin s'engageait déjà sur le sentier voisin. Un léger bruit sourd et lointain l'arrêta net. Sourcils légèrement froncés, il écoutait le son régulier mais entremêlé de plusieurs sabots sur le sol humide du sentier. Des cavaliers approchaient. Décidément, cet endroit se révélait être un véritable carrefour de la Forêt d'Ombrois. C'était fort gênant. Son cheval patientait en contrebas et le silence habituel de l'animal était une chance, mais il y avait cette femme qui allait probablement se faire remarquer et qui sait, dévoiler sa présence.

"Par ici !" Lança t-il en empoignant fermement le bras de l'aventurière. La course des cavaliers semblait soutenue, il fallait se hâter. Reda entraîna la jeune femme sur le côté du point d'eau, là où les branches toujours vertes et touffues des conifères offraient une cachette idéale. S'ajouteraient à cela le manque de luminosité et l'improbabilité pour les nouveaux venus d'envisager d'autres présences en ce lieu. Une fois en place, l'ombre et l'humaine se firent discrets... sauf que la gourde était restée au contact de la caillasse, sur la petite rive. Le voyageur n'eût donc pas d'autre choix. Usant de la télékinésie, il souleva l'objet et le jeta derrière plusieurs rochers, de quoi le mettre à l'abri des regards. C'est alors que les silhouettes de quatre chevaux, montés - à première vue - de quatre hommes, firent leur apparition à proximité. Reda n'avait pas précisé à l'humaine de se taire, elle semblait comprendre qu'ils étaient à bord du même navire et soumis aux mêmes risques... bien qu'elle en aurait sans doute davantage que lui si ces hommes décidaient de s'en prendre à eux. L'observation débuta. Les chevaux s'abreuvaient tandis que les cavaliers posaient pieds à terre pour s'étirer et profiter de leur pause. L'ombre dégaina lentement son épée tout en épiant les faits et gestes des quatre inconnus. Il était prêt à intervenir en cas de nécessité.

_________________
.



Comptes : Réda - Jud - Sofia

~ Feuille de Route ~
_____________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heritage-rpg.keuf.net
Inosa Talana
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 741
Date d'inscription : 16/06/2012

Fiche de personnage
Données:
Niveau:
9/50  (9/50)
Expérience:
0/5  (0/5)

MessageSujet: Re: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   Ven 30 Oct - 1:25


Plus l'homme avançait et plus elle avait peur. Elle ne savait que très mal se défendre en combat et elle souhaitait fortement que la situation n'en arrive pas là. Par chance, il finit par rengainer son arme, mais elle n'était pas très à l'aise, alors qu'il était à peine à deux mètres d'elle. Qu'il ait rangé son épée était la seule chose qui l'avait empêché de grimper à l'arbre aussi vite qu'elle l'aurait pu. Il se détourna rapidement d'elle après un avertissement. Peut-être ne mourrait-elle pas aujourd'hui. Elle allait soupirer quand elle entendit un bruit briser le silence, au loin. Des cavaliers, visiblement. Comme si elle n'avait pas déjà assez d'ennuis. Il pourraient plus sûrement la mener à une ville que l'assassin... Ou au contraire la tuer, puisque celui-ci semblait s'être détourné de cette idée. Tout dépendait du secret de leur travail et de leur caractère. Elle espérait beaucoup qu'ils ne seraient pas agressifs pour elle, elle voulait retrouver son chemin et doutait pouvoir compter sur l'homme en noir pour ça.

Elle se retournait pour grimper à l'arbre, attendant de voir les intentions des nouveaux arrivants, quand l'assassin la saisit par le bras. Sa peur remonta d'un coup. Que voulait-il encore? En deux mots, il l'entraîna derrière dans ce qui pouvait sembler être une bonne cachette pour échapper aux arrivants au sol. Elle aurait préféré être dans un arbre, les gens avaient peu tendance à lever les yeux s'ils ne cherchaient pas d'éventuels espions, alors qu'on pouvait tomber sur presque n'importe quelle cachette au sol par hasard. Probablement l'assassin ne savait-il lui-même pas y monter, ou alors craignait-il que ce ne soit pas son cas, à elle. Dans tous les cas, ils étaient à présent à ce terrer dans ce petit repli de terrain. Elle avait bien pensé grimper quand même à un arbre, mais la crainte de s'attirer les foudres de l'homme en noir l'en empêcha.

De toute évidence, il était exceptionnel que cet homme se montre aux voyageurs. Peut-être voulait-il les surprendre, eux aussi, par derrière, mais elle en doutait, il s'assurerait probablement de garder un oeil sur elle. Elle cessa de bouger pour éviter de faire un bruit qui l'aurait agacé. Mieux valait ne pas contrarier un tel être. Elle commença, comme lui, à examiner les alentours de la source, tout en jetant de fréquents regards dans la direction de son compagnon du moment. Elle ne savait pas quand il changerait d'idée et elle préférerait être prête à lui échapper quand ce serait le cas. Soit il ignorait qu'elle savait grimper aux arbres malgré qu'elle se soit protégée en s'approchant de l'un d'eux, soit lui-même ignorait y grimper. Dans tous les cas, elle pouvait espérer lui échapper en passant par là.

Un mouvement en direction de la source attira son attention. C'était sa gourde, qu'elle avait oublié, qui s'envolait pour disparaître derrière une pile de rochers. Elle jeta un coup d'oeil étonné à l'assassin. Si en plus il savait se servir de la magie, elle lui échapperait sans doute moins facilement qu'elle ne l'avait espéré, il n'aurait pas trop de problème à la faire descendre de l'arbre... Ou à lui ficher sa propre dague dans le coeur. Par réflexe, elle porta la main à sa ceinture. Sa dague y était toujours. Elle garda quand même la main sur la garde de l'arme, pour prévenir tout tressautement de celle-ci.

Puis les chevaux arrivèrent. Ils étaient au nombre de quatre, tous montés par des hommes. Ceux-ci s'approchèrent de la source et commencèrent à s'y désaltérer, eux et leurs montures. Ce devait être un endroit souvent fréquentés par les voyageurs, probablement la seule source d'eau à des kilomètres à la ronde. Même si ni l'assassin, ni ces quatre-là n'acceptaient de l'aider, elle pourrait y rester, cueillant quelques fruits et noix, pendant quelques jours en attendant d'autres venues. Elle ne serait pas au meilleur de sa forme, mais au moins elle survivrait.

Elle jeta un nouveau regard à l'humain et fit aussitôt un saut sur le côté en laissant échapper un cri et en dégainant sa dague. Pendant qu'elle observait les inconnus, celui-ci avait sorti son épée. Que voulait-il encore en faire? Ils étaient dissimulés et il lui avait dit ne pas vouloir la tuer, aussi craignait-elle qu'il n'aie changé d'idée. Mais ils étaient dissimulés. Elle ne l'était plus. Et son cri avait attiré sur elle l'attention des quatre voyageurs et sur son ancienne cachette. Devinant qu'elle avait crié de peur, celui qui semblait être le chef du groupe envoya deux de ses hommes en direction de la cachette de l'assassin, tandis qu'il s'approchait d'elle avec son troisième homme. Tous les quatre tirèrent à leur tour leur arme. Cela répondait à la question que s'était posé la voleuse un peu plus tôt : soit leur mission étaient secrète, soit ils étaient mal intentionnés.

Ne s'intéressant plus à l'assassin, Inosa grimpa à l'arbre le plus proche. Au moins, de là, elle pourrait rester hors de la portée des deux autres. Du moins le croyait-elle. Le chef, en colère, ordonna à son acolyte de prendre son épée et de la forcer à descendre en la piquant. Alors que l'homme approchait de l'arbre, elle se servit de la branche comme appui puis lui envoyer ses pieds dans la figure, l'assommant net. Elle se releva, en face du chef, de plus en plus en colère, qui ne semblait pas vouloir la laisser aller sans combattre. Et elle n'avait plus le temps d'escalader l'arbre. Il ne lui restait que deux chances. Que l'assassin vienne à sa rescousse ou que l'homme qui lui faisait face soit plutôt mauvais au combat. Ceci dit, elle doutait que se retrouver de nouveau seule avec l'assassin soit une bonne idée, il risquait de lui en vouloir de l'avoir fait repérer.
Revenir en haut Aller en bas
Reda Syrghal
Admin's || Réda
Admin's || Réda
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6744
Date d'inscription : 08/07/2007

Fiche de personnage
Données:
Niveau:
29/50  (29/50)
Expérience:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   Jeu 12 Nov - 15:08


Alors que l'observation minutieuse des quatre inconnus se poursuivait pour l'ombre et l'humaine, cette dernière émit un cri soudain et incompréhensible. Les femmes avaient ce don de hurler dans les moments les plus critiques. Allons bon, voilà qu'ils étaient repérés. Les cavaliers portaient déjà des regards vers les arbres où se trouvaient l'ombre et l'indiscrète tandis que leurs armes furent rapidement empoignées. Reda resserra l'emprise qu'il détenait sur son épée. Il comptait bien sortir de ce trou pour combattre ces hommes aux intentions fortement douteuses. La jeune femme s'était légèrement déportée avant de grimper à l'un des arbres. Elle opérait pour une fuite provisoire qui certes retarderait l'issue de l'affrontement, mais qui n'y mettrait sans doute pas fin. Ces types se montraient tout à fait capables de récupérer une hache et de couper le tronc pour en récupérer leur cible. Encore dissimulé, l'ombre comptait bien profiter de sa cachette encore quelques instants. Ses ennemis potentiels pouvaient émettre l'éventualité que la demoiselle n'était pas seule mais suite au cri et à sa réaction quelque peu égoïste, ces derniers pouvaient facilement changer d'avis.

Le plus proche d'entre eux s'enfonçait dans la terre humide à quelques mètres à peine de l'arbre où se trouvait la femme perchée, et par conséquent, pas très loin de l'ombre. Reda n'attendit pas davantage, il serait aisé de mettre celui-ci hors d'état de nuire. Il usa tout simplement d'une attaque mentale pour le rendre inconscient, et sans même qu'il n'ait à forcer, l'autre s'écroula soudainement sur le sol. Son épée heurta des galets et la lame résonna. Leur chef leva la main vers le ciel et stoppa ses hommes par la parole. Il comprit que quelque chose venait de se produire et tout en observant l'humaine, le doute s'installa. Elle n'était certainement pas seule. -"Restez sur vos gardes. Il y a un autre rat dans les parages". L'assassin émit un bref sourire suite au qualificatif employé pour désigner sa personne. Ceci dit, après réflexion, il n'en avait pas été bien loin ces derniers temps. L'ombre prit le temps d'observer la position des trois autres individus. Il ne pourrait pas compter sur la demoiselle effrayée, et si trois ennemis ne représentaient pas un nombre insurmontable, il n'appréciait pas les surprises et les capacités insoupçonnées de ses adversaires. C'était un jeu qui profitait toujours à l'une des parties.

-"Messieurs" Fit-il simplement comme pour les saluer, en dévoilant simultanément sa silhouette et en avançant vers les trois hommes. "Nous devrions en rester là. Récupérez votre... compagnon et poursuivez votre chemin". Une proposition qu'il fallait parfois savoir accepter, à moins d'avoir les moyens d'aller outre. Les deux larbins tournèrent les yeux vers leur chef. Ils attendaient les ordres. Reda savait se battre, néanmoins, la dernière fois qu'il dû participer à un affrontement datait de plus de vingt quatre mois. -"Occupez-vous de la fille". Lança soudainement le leader des cavaliers sans quitter l'assassin des yeux. L'ombre comprit que les choses ne s'arrêteraient pas là et que cet homme en face de lui était téméraire. Tandis que les deux sous-fifres rejoignaient l'arbre où se trouvait la jeune femme, les épées s'élevaient déjà dans les airs du côté des deux combattants. Elle s'entrechoquèrent à plusieurs reprises. L'autre savait se battre, il n'était pas chef du groupe pour rien. Reda ne pouvait dire si les capacités de ce dernier se cantonnaient à la force physique et à l'intelligence de ses mouvements ou s'il conservait une botte secrète tels que quelques sorts bien maîtrisés. L'échange se poursuivait tandis que l'un des deux hommes grimpait à son tour dans l'arbre. L'ombre avait repéré la manœuvre. Il repoussa l'une des attaques de son adversaire et visa mentalement le grimpeur. Il parvint à ses fins. L'autre tomba inerte sur la terre fraîche, telle une pierre lâchée sur le sol. L'assassin cria. Le barbu qui lui faisait face avait profité de l'instant pour lui entailler le bras qui maintenait son épée. Il perdit donc son arme, ou plutôt l'une d'elles. L'ombre se repositionna et usa cette fois de la télékinésie, préparant un galet imposant en l'orientant et en le lançant derrière la tête de son adversaire. L'autre s'écroula sur le sol sans avoir eu le temps d'être surpris. Reda récupéra sa lame et cala l'extrémité sous le menton de l'inconnu pour vérifier son état. Visiblement, il était sonné pour un petit moment. Pas si coriace qu'il aurait pu l'espérer. Néanmoins, l'assassin n'était pas moins déçu de sa prestation. Il en aurait fini bien plus rapidement autrefois et sans blessure, surtout face des adversaires comme ceux croisés aujourd'hui. Il observa les deux autres personnes encore conscientes dans les environs et cela suffit au quatrième pour rejoindre son cheval à vive allure et déguerpir au galop. L'ombre ne s'occupa pas de l'humaine, il avait déjà fait bien assez pour elle. Il s'approcha des chevaux encore sur place et récupéra les provisions de l'un d'entre eux. Cela faciliterait la suite de son voyage. A présent, il s'orienta vers le sentier. Il devait retrouver Laolith et poursuivre sa route.

_________________
.



Comptes : Réda - Jud - Sofia

~ Feuille de Route ~
_____________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heritage-rpg.keuf.net
Inosa Talana
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 741
Date d'inscription : 16/06/2012

Fiche de personnage
Données:
Niveau:
9/50  (9/50)
Expérience:
0/5  (0/5)

MessageSujet: Re: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   Jeu 12 Nov - 20:06


Elle avait assisté au combat qui se déroulait en bas de son arbre, du moins autant qu'elle osait tout en veillant à sa propre sécurité. Ce lui fut finalement inutile, le plus près qu'un soldat s'approcha d'elle en fut un dont l'humain se débarrassa avant qu'elle n'ait eu le temps de réagir. Celui-ci était particulièrement doué, autant au niveau du combat conventionnel qu'avec la magie. Il réussit, seul, à se débarrasser de trois adversaires quand elle aurait eu du mal à n'en écarter qu'un seul, du moins pas sans le prendre par surprise. «Impressionnant», ne put-elle s'empêcher de murmurer. Elle regarda plus attentivement l'humain. Elle comprenait finalement toute la chance qu'elle avait eue qu'il n'ait pas souhaité la tuer, elle n'aurait définitivement pas pu survivre très longtemps. Elle était parfaitement capable, seule, d'échapper à des soldats, mais si elle avait affaire à un mage ou à plus compétent qu'un soldat qui l'aurait repérée, elle n'arrivait à rien. C'était un point qu'il lui faudrait corriger dans les plus brefs délais, on ne pouvait pas toujours se cacher de tous. Surtout pas dans une guilde, puisqu'elle envisageait entrer dans une, là où les missions confiées n'offraient pas le contexte requis pour échapper à tous ceux qui pouvaient lui vouloir du mal.

Elle ne descendit de l'arbre que quand le dernier soldat prit la fuite sur son cheval. Ça, c'était risqué. Ils étaient de toute évidence entraînés et avaient forcément eu des maîtres pour ça, ils avaient dû être supervisés. Ils n'étaient sans doute pas seuls. Si celui-là parvenait à ses supérieurs et leur annonçait la défaite que lui et les trois autres venaient de subir, elle et l'homme ne tarderait pas à avoir de nombreux soldats sur leurs talons et probablement des mages aussi. Elle s’apprêtait à le reprocher à l'homme en noir quand elle se ravisa. Expérimenté comme il l'était, il ne pouvait pas ne pas avoir envisagé cette possibilité. Cela signifiait donc qu'il ne craignait pas même de très nombreux soldats. Voilà qui donnait une bonne idée de sa puissance.

Elle décocha un coup de coude à l'un des homme au sol, qui tentait de se relever, ce qui le renvoya au sol. Puis elle examina les autres soldats. Elle fut impressionnée de voir qu'ils vivaient tous encore, comme elle. Elle releva la tête vers l'homme, en train de fouiller dans le paquetage des chevaux. Il n'était peut-être pas si mauvais qu'elle l'avait d'abord cru. Elle avait peut-être eu tort de le prendre pour un assassin froid. Elle avait peut-être eu tort d'avoir à ce point peur de lui. Elle se redressa, se rendit à son tour auprès des chevaux pour y découvrir des provisions. Elle jeta un coup d'oeil derrière elle, vers les trois hommes. S'ils n'étaient pas seuls, ils sauraient retrouver leurs chemins et trouver des provisions. Elle leur en prit donc certaines, récupéra sa gourde, la remplit, puis courut auprès de l'humain. Elle avait assez de provisions pour un certain temps, à présent, mais elle était toujours perdue. Il était sa dernière possibilité de partir rapidement saine et sauve. Il avait eu maintes occasions de la tuer ou de laisser les soldats la tuer, pourtant il l'avait laissé vivre et l'avait même aidé. Peut-être serait-il disposé à l'aider, une dernière fois.

-Monsieur, lui dit-elle quand elle l'eut rejoint. Je tenais à m'excuser pour ce cri, vous m'avez fait si peur en dégainant votre épée près de moi. Pourtant, malgré mes craintes, vous m'avez laissé la vie et m'avez même aidé, ce dont je voulais vous remercier. Cependant, j'aurais encore besoin de votre aide, je vous en prie. Je suis perdue et avec ces soldats, je crois bien que vous êtes mon seul espoir de quitter cette forêt vivante. Pourriez-vous m'aider à sortir de cette forêt et trouver la ville la plus proche? Après, je me débrouillerai et vous n'entendrez probablement plus jamais parler de moi, je vous le promets. S'il-vous-plaît...

S'il avait assez de coeur pour laisser la vie à trois soldats qui l'avaient pourtant blessé et menacé sa vie, il en aurait sûrement assez pour accepter de l'aider, elle qui paraissait une faible femme, au moins un minimum. Elle comptait là-dessus, du moins. Puis elle se donna la peine de regarder pourquoi il était venu là. Elle aperçut un cheval noir de fière allure, sans doute celui de cet homme. Voilà pourquoi il avait porté une attention si limitée aux chevaux des trois soldats. Elle regretta de ne pas en avoir pris un. L'homme ne voudrait sûrement pas monter avec elle sur le cheval et si l'un des soldats se réveillait, il fuirait avec les chevaux. Elle deviendrait alors une source de lenteur pour lui, ce qui diminuerait les chances qu'il accepte de l'aider. Elle pensa faire demi-tour, mais elle ne voulait pas partir avant sa réponse, autrement il penserait peut-être qu'elle avait abandonné son idée et la laisserait seule, dans ce bois au milieu de l'inconnu, incapable de se repérer. Elle préférait éviter et resta donc à côté, le laissant vaquer à ses occupations en attendant la réponse qui scellerait son sort des prochaines semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Reda Syrghal
Admin's || Réda
Admin's || Réda
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6744
Date d'inscription : 08/07/2007

Fiche de personnage
Données:
Niveau:
29/50  (29/50)
Expérience:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   Dim 29 Nov - 14:42


Alors que l'assassin - qui aujourd'hui n'en était pas un - rejoignait sa monture afin de reprendre sa route, la jeune femme le rattrapa pour lui dire quelques mots. Celle-ci ne manqua pas de le remercier pour sa bravoure, bien qu'il avait avant toute chose agit pour lui-même. Néanmoins, dans le fil de l'action, il fallait avouer qu'il avait entreprit de lui faciliter les choses puisqu'elle n'avait pas eu à se battre, si tant est qu'elle ai déjà pu vivre une telle situation. La demoiselle semblait jeune, pas rassurée, perdue, mais elle possédait suffisamment de cran pour lui adresser la parole une fois l'épisode de combat achevé. En effet, elle s'excusa pour le cri qui les avait fait repérer avant de lui demander son aide une nouvelle fois. D'après les dires de l'humaine, elle se voulait égarée au sein de la forêt d'Ombrois et il demeurait à cet instant son seul espoir d'en sortir. L'ombre ne montra aucune attitude particulière, se contentant pour l'heure d'intégrer les vivres subtilisées au sein de sa propre sacoche. Laolith racla le sol d'un mouvement de sabot lorsque l'ombre daigna enfin se retourner pour faire face à la jeune femme. -"J'ai déjà perdu assez de temps". Dit-il en grimpant sur son cheval. "Fais comme bon te semble". Il n'avait que faire de cette femme dans son sillage, tout comme il lui était bien égal qu'elle reste sur place. Elle ferait ce qu'elle souhaiterait, il ne l'empêcherait pas de le suivre du moment où elle n'interfèrerait pas sur son parcours et sur le temps qu'il prévoyait accorder à son voyage.

Ainsi, les deux cavaliers chevauchèrent sur le sentier deux bonnes heures sans qu'un seul mot ne soit prononcé. Cela n'était pas pour déplaire à Reda pour qui le silence était source de sécurité et d'avertissement vis à vis d'une présence extérieure. Et il appréciait le calme, tout simplement. D'ailleurs, ils ne prirent pas la peine de se présenter l'un l'autre et il faut dire que l'ombre ne voyait pas l'intérêt d'en connaître davantage sur une étrangère qui constituait une rencontre probablement très éphémère. Le jour s'était levé au fil des minutes et la forêt d'Ombrois paraissait un peu moins lugubre. Deux heures à cheval n'avaient pas encore conduit les deux êtres hors de ce périmètre forestier tandis que la hauteur des arbres ne changeait pas, toujours impressionnante et restant la cause de l'aspect sombre des lieux. Malgré une brume tenace qui tendait à s'évader de-ci de-là, ils parvinrent finalement sur un sentier plus dégagé, un véritable chemin.  




L'ombre avait ralenti la cadence, laissant ainsi souffler son cheval. Il observait surtout les alentours, sachant pertinemment qu'ils croiseraient plus facilement du monde sur cet axe sans doute plus fréquenté. Une demi-heure supplémentaire s'écoula tandis que le paysage conservait le même visage. Alors que tout semblait se dérouler sereinement, l'ombre tira sur les rênes pour stopper Laolith. Sourcils froncés, il fixait le chemin et le corps inerte qui trônait en son milieu, puis il tourna les yeux vers les arbres alentours. La situation le rendait très méfiant. Était-ce réellement un cadavre ou bien s'agissait-il d'un piège ? Cette forêt peu accueillante restait pleine de surprises. Reda ne souhaitait pas perdre de temps à contourner la zone, aussi, il décida de continuer sur le même chemin... sans demander l'avis de l'humaine. D'ailleurs, il allait la mettre à contribution. -"Assures-toi qu'il est mort". Lança t-il pour briser le silence, tel un ordre qu'elle ne pouvait pas esquiver. Mieux valait l'envoyer elle de manière à conserver une vue d'ensemble et pouvoir agir si les choses requéraient une intervention de sa part. L'ombre ne pensait qu'au piège éventuel de bandits en tout genre, et pas à un quelconque innocent malchanceux. Pourtant, toute option était possible. L'assassin restait à quelques mètres, observant tranquillement la demoiselle certainement peu rassurée quant à exécuter cette mission.

_________________
.



Comptes : Réda - Jud - Sofia

~ Feuille de Route ~
_____________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heritage-rpg.keuf.net
Inosa Talana
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 741
Date d'inscription : 16/06/2012

Fiche de personnage
Données:
Niveau:
9/50  (9/50)
Expérience:
0/5  (0/5)

MessageSujet: Re: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   Dim 20 Déc - 23:47

Dans l'ensemble, l'homme semblait en fait s'être totalement désintéressé d'elle dès lors qu'elle avait cessé d'être une menace potentielle pour lui. Ou presque, puisqu'il lui était quand même venu en aide, au cours du combat. Elle ne comprenait d'ailleurs pas pourquoi il l'avait fait, considérant l'indifférence manifeste qu'il démontrait à son égard. À moins qu'il ne soit moins indifférent qu'il en ait l'air. Ou peut-être était-il vraiment indifférent à elle et avait-il d'autre raison, plus obscure, d'avoir empêché l'autre brigand de la tuer. Elle détestait ce genre de complication dans la compréhension des autres, car la connaissance d'un ennemi était la première étape et le meilleur moyen de s'en protéger. Et comme elle considérait chaque rencontre comme un ennemi potentiel... Dans tous les cas, il ne s'était pas montré hostile à l'idée qu'elle l'accompagne, il lui avait simplement signalé qu'elle ne devait pas le ralentir. Et s'il était un ennemi potentiel et qu'elle n'arrivait pas à le comprendre, il semblait au moins ne pas vouloir attenter à sa vie aujourd'hui, l'occasion s'étant présentée à plus d'une reprise sans qu'il la saisisse. Et elle devait absolument sortir de cette maudite forêt pour rejoindre une ville ou un village au plus vite. Et il constituait encore sa meilleure chance de s'en sortir vivante. Même s'il commençait à l'agacer, elle était résolue à supporter sa présence, pour sa survie.

Soucieuse de ne pas ralentir l'homme, elle courut dans la clairière, auprès des chevaux. Elle constata que les hommes commençaient à peine à reprendre conscience, mais il valait mieux ne pas traîner dans le coin. Elle dut s'y reprendre à quatre reprises avant de parvenir à monter sur le cheval. Une fois perchée sur celui-ci, elle s'efforça de comprendre comment ça fonctionnait. Elle était presque sûre qu'il fallait tirer la lanière attachée à sa tête, la bride, si sa mémoire était bonne, du côté où on voulait tourner et qu'il fallait tirer sur les deux côtés pour demander au cheval de s'arrêter. Mais comment le faire accélérer, elle n'en avait aucune idée. Elle tenta de lui tapoter le cou, d'agiter la bride, sans succès. De frustration, elle donna un petit coup de pied vers le bas mais oublia qu'il était attaché à la lanière faite pour y mettre les pieds, des étriers, lui semblait-il, et le coup de pied dévia vers le cheval. Celui-ci n'aima pas et partit si vite qu'elle tomba au sol. Elle se releva et remonta aussitôt sur un autre cheval, deux tentatives lui suffirent, cette fois. Au moins, elle avait compris les bases, apprendre mieux viendrait avec le temps. Elle donna quelques petits coups de pieds sur les flancs de l'animal, testant la force qu'il fallait y mettre pour qu'il avance sans la faire tomber, et mena le cheval, à petit coups, pour tester l'animal, là où elle avait laissé l'homme. Celui-ci était déjà parti, mais suivant la direction dans laquelle il semblait aller, elle parvint à le retrouver au bout de quelques minutes. Elle mena son cheval à côté de celui de l'homme, mais elle dut s'y reprendre à quelques reprises pour être satisfaite de la position relative de son cheval par rapport à celui de l'homme.

Ils chevauchèrent longtemps dans le silence, combien, elle n'aurait su le dire, peu lui importait d'ailleurs. Ce silence lui convenait parfaitement, elle n'était pas de nature très bavarde et elle préférait ne pas avoir à refuser de répondre à l'homme. Elle en profita pour connaître un peu mieux sa monture, même si cela impliquait ne pas voyager en ligne droite, ni à vitesse constante. Mais pour peu qu'elle ne perdait pas l'homme de vue, peu lui importait. Ces quelques connaissances pourraient lui être très utiles plus tard, ou même une autre fois. S'il était parfois utile de fuir par les murs ou les arbres, d'autres fois il valait mieux fuir rapidement, ce que les chevaux pouvaient permettre plus facilement qu'à pied. Il lui faudrait simplement ne pas s'attacher à un animal, pour pouvoir l'abandonner au besoin.

Après près de deux heures, ils arrivèrent finalement à ce qu'elle avait cherché sans le trouver, une route de toute évidence plus fréquentée. Au moins saurait-elle retrouver son chemin pour sortir de la forêt, à présent. Mais elle n'avait pas l'intention de laisser l'homme et partir de son côté, si sa sortie de la forêt était assurée, il n'en allait pas de même pour son arrivée dans une ville. L'homme bifurqua sur la gauche et elle le suivit. À présent qu'elle maîtrisait à peu près la direction de sa monture, elle s'efforçait de contrôler ses accélérations et ses décélérations. Le cheval ne semblait pas très heureux de tous ces changements de directives et renâclait souvent, mais elle le flattait pour le calmer. Si elle réussissait à le comprendre, la suite du voyage serait bien plus aisée et agréable pour tous les deux.

C'est alors qu'elle entendit l'homme, qui la précédait, arrêter sa monture. Levant les yeux, elle aperçut un corps sur le sol de la route, un peu plus loin. Elle tira sur la bride pour arrêter son cheval, mais dût le faire un peu trop doucement, puisqu'il continua sur sa lancée et dépassa légèrement le cheval noir. L'homme lui demanda, à la manière d'un ordre, d'aller voir si le corps était mort, mais elle n'avait pas attendu qu'il le demande avant de descendre de son cheval. Elle lui lança néanmoins un regard noir avant d'avancer, bien qu'il ne l'ait probablement pas vu, trop occupé à surveiller les environs. Suivant son exemple, elle regarda les environs pour repérer la moindre trace d'un piège tendu au-travers de la route ou des bandits embusqués. Lorsqu'elle fut à côté du corps, n'ayant rien vu d'intéressant dans les bois, elle se pencha pour l'examiner d'un peu plus près. Il était de toute apparence inerte, ce qu'elle confirma en le remuant. Elle se pencha pour vérifier son pouls, mais elle ne sentit rien. Pour être sûre, elle approcha son oreille de la bouche et du nez du corps, mais n'entendit rien non plus. Elle se redressa, secouant la tête en regardant le corps d'un air triste. De toute évidence, il était bel et bien mort. Elle se retourna vers l'homme, pour lui annoncer la nouvelle.

-Il est mort, de toute évidence par la magie, puisqu'il n'y a pas la moindre trace de blessure. Récemment, visiblement, puisque même les charognards n'ont pas eu l'occasion de s'en prendre à lui. Soyons vigilants, d'autres que les quatre soldats de tantôt rôdent par ici.

Elle fit quelques pas vers son cheval quand les événements de produisirent. Des bandits, à en juger par leurs habits et leur armement disparate, surgirent rapidement devant et derrière eux. Même l'homme au sol se redressa. Inosa dégaina sa dague et s'éloigna du corps bien en vie, effrayée. «Mais comment...?» s'échappa de ses lèvres avant qu'elle ne s'en soit rendue compte. «Magie» lui répondit simplement l'homme moins mort qu'il ne le semblait, avant de reprendre la parole. «Nous ne vous en voulons pas, mais nous ne pouvons nous permettre de vous laisser en vie, nous attendons...». Il n'eut pas le temps de continuer, sinon pour laisser échapper un juron. Le bruit de roues et de chevaux s'élevaient à présent de la portion de route d'où elle et l'homme arrivaient. De toute évidence, ils s'étaient tous deux faufilés sans le vouloir entre une embuscade et le convoi qui devait tomber dans celle-ci. Inosa recula jusqu'à sa monture, profitant de la distraction du mort pas mort, qui semblait être le chef, à en juger par les ordres qu'il envoyaient aux bandits, surpris et désorganisés, pour ne pas laisser filer leur proie initiale, ce qui impliquait que ceux qui les avaient surpris de devaient pas être en mesure de prévenir leur proie initiale. Des hommes s'approchèrent des deux cavaliers, menaçants, tandis que les autres se retournaient, prêts à accueillir le convoi.

_________________
-Oh, mais, j'y songe. Êtes-vous sûrs que votre bourse est en sécurité?, demanda Inosa d'un air espiègle

Puis elle s'éloigna en ricanant, faisant sauter la bourse dérobée dans sa main avant de disparaître dans une chape de ténèbres.

Veillez à sécuriser votre entourage à 360°, sans oublier le haut et le bas. On n'est jamais trop prudents...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RPG] Le prix de la liberté (Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RPG] Le prix de la liberté (Libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Vent de Liberté [Libre]
» (Flashback An1) Le sang et la Sueur : Le prix de la Liberté (Terminé)
» Jenna Sommers (+) Le prix de la liberté
» Le Prix de La Liberté [Event Fairy Tail : Nathaniel , Natsu Dragneel, Lucy Heartfilia & Enya Taylor]
» Le prix de la liberté.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage :: L'Alagaësia :: Le Surda :: Forêt Ombrois-
Sauter vers: